Aller au contenu principal

Enjeux de la recherche et de l'intervention féministe en Afrique et en Suisse

5 septembre 2017
12:15 - 13:45
HETS&Sa | EESP Salle B 013
Planète recherche

Maïmouna Ndoye est juriste et docteure en études du développement. Praticienne du développement, elle est membre du comité scientifique de l'Association des femmes africaines pour la recherche et le développement (AFARD).

Cette séance de Planète recherche, co-organisée avec le réseau Gentre et travail social (GeTS) de la HETS&Sa | EESP, s'articulera en deux temps :

  • 12h15 – 13h00 : Présentation de Maïmouna Ndoye, animée par Béatrice Berthod, chargée de recherche à la HETS&Sa | EESP
  • 13h00 – 13h45 : Discussion animée par Hélène Martin, professeure à la HETS&Sa | EESP et par Chloé Parrat, assistante du réseau Genre et travail social (GeTS) de la HETS&Sa | EESP

En première partie, Maïmouna Ndoye présente son expérience de la recherche et de l'intervention féministe au sein de l'AFARD, ainsi que son expérience professionnelle au sein d'ONG internationales actives au Sénégal dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive.

Une spécificité de la recherche en Afrique est d'être étroitement associée au champ du "développement" compris comme l'ensemble des processus sociaux induits par des opérations volontaristes de transformation sociale (sens descriptif et non normatif). Ce partenariat découle en grande partie du fait que les organismes de recherche n'ont pas (ou peu) de financements propres et pérennes garantis par l'Etat, les financements venant principalement des institutions de développement. Cette absence de pérennité a des conséquences importantes sur la viabilité de ces organismes et sur le choix des thèmes de recherche; ces derniers sont nécessairement des sujets comportant des enjeux politiques, sociaux et de développement et doivent en effet intéresser les bailleurs de fonds.

Au-delà de ces contraintes de financement, un organisme tel que l'AFARD se situe de façon délibérée dans une logique de recherche-action et d'intervention sociale. Ainsi, l'AFARD Sénégal a mené des recherches sur l'accès des femmes au foncier, sur la parité en politique, sur les violences de genre, sur la décentralisation politique, etc. L'association se situe également dans une logique de plaidoyer consistant à porter ses combats sur les scènes publiques et politiques. Elle se donne pour objectif de diffuser ses travaux et de les rendre largement accessibles à travers un effort de vulgarisation et la volonté de créer des groupes de réflexion pour différentes catégories de population – et non uniquement académique.

Pour la 2e partie, tout en se basant sur les expériences de recherche engagée sur le continent africain présentées, le débat portera sur la pertinence de produire des travaux issus d'investigations collaboratives et innovantes dans une Haute école de travail social en Suisse, tout en réfléchissant au renforcement des liens entre chercheur-e-s et intervenant-e-s issu-e-s de différentes régions.

C'est aussi l'occasion pour le réseau GeTS d'ouvrir une réflexion sur les possibilités et les modalités de développement de recherches qui seraient menées en partenariat avec des praticien-ne-s du travail social et qui auraient pour finalité, d'une part, l'investissement de l'espace public et des débats politiques par la diffusion des résultats des recherches.

Fichier(s) associé(s)

Retour en haut