Aller au contenu principal

Le tutorat dans l'alternance en éducation de l'enfance : de l'analyse des interactions sur la place de travail à ses usages en formation

27 septembre 2016
12:15 - 13:15
Salle C121-122
Planète recherche

Dominique Trébert, professeur à la HETS&Sa | EESP

Cette intervention vise à partager quelques résultats issus d'une thèse de doctorat portant sur l'activité des tuteurs et tutrices (terme générique pour désigner selon les contextes et les niveaux de certification les "responsables de stages", "référent-e-s professionnel-le-s", "formateurs et formatrices à la pratique professionnelle", "praticiennes et praticiens formateurs", etc.) observé-e-s sur la place de travail et dans l'espace de la formation continue dans le champ empirique de la formation professionnelle en éducation de la petite enfance.

Dans ce champ de formation spécifique organisé sur les principes de l'alternance, tout comme dans celui du travail social et de la santé, l'apprentissage du métier s'effectue pour une part importante en contexte de travail, via l'accompagnement de professionnel-le-s qui endossent en plus de leur activité de travail une fonction tutorale à l'égard des apprenant-e-s. Mais que font réellement ces tuteurs et tutrices dans le quotidien de leur travail ? Quelles ressources sont mobilisées concrètement dans le feu de l'action pour aménager des opportunités d'apprentissage ? La problématique repose sur un paradoxe. La littérature sur le tutorat montre en effet que les processus d'aide sont considérés comme des éléments fondateurs des progrès pour la personne en formation et pourtant, comme l'évoque Kunégel (2011)*, nous ne savons presque rien de "ces acteurs de l'ombre". Cette problématique étant rendue manifeste par le fait que les tuteurs et tutrices sont quotidiennement confronté-e-s à exercer simultanément une double activité : travailler et former. Partant de ce constat qu'une partie de l'activité tutorale ne se voit pas et que "l'ingéniosité professionnelle passe souvent inaperçue aux yeux mêmes des professionnels" (Lussi Borer, Durand & Yvon, 2015, p.10)**, il nous semble déterminant d'analyser de manière détaillée les modalités par lesquelles la transmission se réalise au cœur même du travail éducatif. La thèse s'articule autour de trois champs disciplinaires : la formation professionnelle, les sciences du travail et les sciences du langage. En adoptant une perspective située, interactionnelle et multimodale (analyses micros des productions verbales et non-verbales en contexte naturel), les résultats de cette démarche analytique (recours à la vidéo et retranscriptions) permettent d'accéder à des configurations tutorales spécifiques. Cette approches revêt trois enjeux majeurs. Premièrement, la recherche sur les pratiques tutorales vise à favoriser la mise à jour et la reconnaissance du travail des tuteurs et tutrices. Deuxièmement, elle nous invite en corollaire à repenser la manière de concevoir et d'implémenter l'alternance à la fois sur la place de travail mais aussi dans le contexte institué de la formation. Enfin, elle permet également d'envisager des pistes intéressantes en vue de la formation continue des tuteurs et tutrices; des praticiennes et praticiens formateurs dans le contexte spécifique de la HES-SO.

* Kunégel, P. (2011). Les maîtres d’apprentissage. Analyse des pratiques tutorales en situation de travail. Paris : L’Harmattan.

** Lussi Borer, V., Durand, M. & Yvon, F. (Éds). (2015). Analyse du travail et formation dans les métiers de l'éducation. Bruxelles : De Boeck.

Flyer d'annonce

Retour en haut