Aller au contenu principal

Les sciences de l’occupation : Au coeur du quotidien et de la santé

19 mai 2017
08:15 - 18:30
HETS&Sa | EESP | Lausanne - Livret disponible en pdf
Réseau de compétences : Occupation Humaine et Santé (OHS)

Télécharger le livre des actes de colloque (format pdf).

Ce colloque vise à acquérir une meilleure connaissance des liens entre les occupations humaines, au sens des sciences de l’occupation (SdO), et la santé. Les sciences de l’occupation considèrent l’occupation humaine comme un tout, englobant les aspects – matériels et immatériels – de l’interaction entre des activités, des individus et des contextes. Elles se distinguent par leur intérêt pour des concepts transactionnels (comme l’affordance, la familiarité) qui intègrent ces trois dimensions. Elles visent à comprendre le sens et la signification des occupations pour la santé des individus. Les occupations humaines recouvrent toutes les activités individuelles et collectives dans lesquelles s’engagent les individus - c’est-à-dire ce que les gens font, comment ils le font et ce qu’ils sont ou deviennent au travers de leurs actions.

Les participantes et participants exploreront diverses applications des connaissances issues des SdO. Les conférences et les échanges permettront de soutenir, d’inspirer ou de questionner des pratiques professionnelles auprès de personnes atteintes dans leur santé ou en situation de handicap. Des conférenciers et conférencières de plusieurs pays viendront exposer leurs idées. Ils et elles stimuleront la discussion sur les sciences de l’occupation au cœur du quotidien et de la santé.

 

Public cible

Professionnel-le-s du domaine de la santé, du travail social et de l’éducation, incluant les ergothérapeutes, les orthophonistes, les infirmiers et infirmières, les physiothérapeutes, les psychologues, les éducateurs-trices et les travailleurs et travailleuses sociales.

 

Programme

8:15 – 8:45 : Accueil


8:45 – 9:00 : Mots de bienvenue


9:00 – 10:00 :  Conférence d’ouverture

La résilience au quotidien : les leçons récentes de la neuroscience

Rachel Thibeault, Professeure, Université d'Ottawa, Canada 

S'inspirant des dernières recherches en psychologie, neurophysiologie et ergothérapie, cette conférence présente des stratégies simples et peu coûteuses pour cultiver la résilience au quotidien. Des histoires de cas réelles, obtenues de personnes qui ont su transformer leurs traumatismes en occasions de croissance, viennent éclairer le propos. La recherche d’occupations significatives et l’atteinte d’un nouvel équilibre caractérisent ces récits de vie. Suite à la conférence, les participants sauront : (1) décrire les éléments-clefs sous-jacents à la résilience psychologique et au bien-être ; (2) identifier les stratégies cognitivo-affectives propices au développement de la résilience psychologique et les relier à leurs mécanismes sous-jacents ; (3) appliquer les stratégies de résilience associées au concept d'activité intentionnelle ; (4) définir les mécanismes inhérents à une saine gestion de l'émotion


10:00 – 10:40 : Le défi de l’occupation humaine selon Doris Pierce

Marie-Chantal Morel, Bordeaux, France 

L’ergothérapie s’appuie sur l’activité et l’occupation comme moyen et objectif thérapeutique. Or, il est essentiel d’explorer pourquoi et comment l’ergothérapeute peut fonder sa pratique sur l'occupation. Quels sont les liens qui existent entre l’occupation humaine et la santé ? Dans le cadre de cette conférence, les écrits de Doris Pierce seront examinés pour répondre à ces interrogations. Pour cette ergothérapeute américaine, la science de l’occupation peut être considérée comme une science fondamentale essentielle pour l’ergothérapie à l'exemple du Lifestyle Redesign, contrairement à ce que pensent d’autres auteur-e-s, comme Ann Wilcock qui l'ouvre plutôt à l'interdisciplinarité. 


10:40 – 11:00 : Pause


11:00 – 11:40 : Les facettes d'une approche occupationnelle

Sylvie Meyer, Doyenne, responsable de la filière ergothérapie, HETS&Sa | EESP

Le concept d’occupation a été théoriquement largement exploré. La World Federation of Occupational Therapy encourage l’enseignement et la pratique dans une perspective occupationnelle. Force est cependant de constater que dans l’exercice de l’ergothérapie, cette vision est délicate à mettre en œuvre. La conférence proposée explorera les facettes de l’occupation qui sont intéressantes pour concevoir et promouvoir des pratiques occupationnelles.  


11:40 – 12:10 : Équilibre occupationnel et ergothérapie : quels sont les enjeux rencontrés et les stratégies utilisées par les ergothérapeutes et les étudiant-e-s ?

Nicolas Kühne et Sylvie Tétreault, Professeur-e-s HES ordinaires, HETS&Sa | EESP, co-responsables du réseau de compétences « Occupation humaine et santé » (OHS)

La transformation de la société et la vie moderne amènent l’individu à avoir une foule de responsabilités et de tâches, que ce soit au travail, dans les loisirs ou la vie personnelle. Pour certains, l’équilibre occupationnel peut s’avérer difficile à atteindre et à maintenir. Or, ce concept central à la pratique de l’ergothérapie représente un moyen pour avoir un sentiment de bien-être et des activités significatives. Il semble pertinent de se questionner sur le niveau de satisfaction des ergothérapeutes et des étudiant-e-s en ergothérapie concernant la répartition de leur temps aux différentes activités quotidiennes. Quelles sont les difficultés rencontrées et les stratégies utilisées pour maintenir un équilibre occupationnel satisfaisant ? Cette conférence présente les résultats d’un sondage réalisé auprès de 303 répondant-e-s, qui aborde ces thèmes et qui offre un portrait intéressant des ergothérapeutes en exercices ou en devenir.


12:10 – 13:20 : Pause


13:20 – 13:30 : Introduction aux ateliers-carrousels

 

Atelier 1 : Applications pratiques d'interventions ergothérapeutiques basées sur les sciences de l'occupation en santé mentale  

Julie Desrosiers, Professeure HES associée, HETS&Sa | EESP

Les problématiques de santé mentale peuvent être conceptualisées en termes occupationnels (déséquilibre occupationnel, perte de sens dans les occupations, etc.) et il est alors plus facile d’identifier des approches probantes de réadaptation, fondées sur ces concepts. Cet atelier présente un portrait général des problématiques de santé mentale et introduit plusieurs approches ou modèles d’intervention basés sur les sciences de l’occupation.


Atelier 2 : Applications pratiques d'interventions ergothérapeutiques basées sur les sciences de l'occupation en santé physique

Marie-Gabrielle Wick, Ergothérapeute MscOT, EITR, Espace Interdisciplinaire de Thérapies de la Riviera, Montreux et ergo@home, Renens 

Dans le domaine de la neuroréadaptation et sous l’influence du modèle biomédical, le clinicien ou la clinicienne  tend à prioriser ses interventions dans les domaines des soins personnels et de la productivité. Cet atelier vise à inspirer et enrichir la pratique quotidienne de l’ergothérapeute en explorant les moyens pour intégrer davantage les occupations de loisirs dans sa pratique.


Atelier 3 : Outils de mesures basés sur les sciences de l’occupation

Martine Bertrand Leiser, Professeure HES ordinaires, HETS&Sa | EESP

La plupart des personnes, y compris les client-e-s en ergothérapie, aspirent à un équilibre occupationnel. Cet atelier vise à explorer les composantes du concept de l’équilibre occupationnel et mettre en évidence les avantages qui peuvent être associés à l’évaluation de l’équilibre occupationnel des client-e-s en ergothérapie.


Atelier 4 : Utilisation du temps des personnes présentant des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) : Retombées des technologies d’assistance dans un contexte de déséquilibre occupationnel

Yannick Ung, PhD Cand, Responsable pédagogique, Institut de Formation en Ergothérapie de Paris (IFE ADERE) – Université Pierre et Marie Curie, Paris, France 

Les nouvelles technologies ouvrent désormais le champ des possibles dans les nombreux domaines de la recherche clinique et facilitent la réalisation d’occupations significatives. Dans ce contexte, une étude a été réalisée pour évaluer la qualité de vie des personnes présentant des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et pour concevoir des dispositifs technologiques d’assistance aux situations de handicap psychique. Les objectifs de l’atelier seront de discuter de l’application de la e-santé visant spécifiquement la gestion du temps par : (1) l’identification des facteurs influençant la qualité de vie des personnes ayant des TOC ; (2) la cartographie de l’évolution spatio-temporelle des occupations ; (3) l’évaluation des occupations « tocogènes » perturbant l’équilibre occupationnel ; (4) l’exploration de stratégies de compensation techniques ou technologiques dans le cadre d’une démarche de case management.


Atelier 5 : Groupe thérapeutique « Le Nez Dehors » : comment favoriser l’engagement occupationnel en ergothérapie avec des adolescent-e-s en soins psychiques

Magali Perriraz Bourry, Ergothérapeute Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Département de l’enfant et de l’adolescent, Service de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Genève, Suisse 

Animé par un ergothérapeute, le groupe thérapeutique « Le Nez Dehors » est destiné aux adolescents présentant des troubles psychiques qui se manifestent par un retrait social et par des restrictions occupationnelles. Il s’agit d’un dispositif de soins ambulatoire de groupe qui vise à explorer de manière créative la ville de Genève. Ils et elles sont amené-e-s à créer un « carnet de voyage » avec les éléments collectés lors de courtes excursions. Cet atelier abordera les raisons et les modalités du retrait social des adolescent-e-s, principalement du point de vue psychodynamique. Des illustrations de ce dispositif et des observations cliniques permettront de cerner son potentiel thérapeutique en ce qui a trait à une réappropriation occupationnelle par les adolescent-e-s.


Atelier 6 : Mobilités et occupations à l’extérieur du domicile pour les personnes âgées de plus de 65 ans

Isabel Margot-Cattin, Professeure HES associée, HETS&Sa | EESP

Envisager la mobilité à l’extérieur du domicile, nous oblige à appréhender le lien personne-environnement. Celui-ci conceptualise les interactions et l’interdépendance que la personne vit avec son environnement, au point où elle le façonne autant que celui-ci l’influence. L’environnement peut être conçu comme familier ou présentant des risques dans la mobilité. Il est clair que les occupations que les personnes âgées veulent faire, doivent faire ou qu’on attend qu’elles fassent, complexifient encore la compréhension de la mobilité. La performance occupationnelle ainsi que les lieux dans lesquels les personnes âgées réalisent les occupations hors de chez elles, sont encore peu explorés par les ergothérapeutes. Cet atelier permettra d’une part de mieux comprendre le sujet, et d’autre part, de découvrir une nouvelle évaluation portant sur les lieux et les occupations réalisées à l’extérieur du domicile.


Atelier 7 : École inclusive et enfants à besoins spéciaux: défis et opportunités pour la pratique de l’ergothérapie

Sylvie Ray-Kaeser, Professeure HES associée, HETS&Sa | EESP

Cet atelier interactif sera l’occasion de découvrir les activités du groupe de projet « Ergothérapie en milieu scolaire », qui réunit des ergothérapeutes de Suisse romande, Suisse alémanique et du Tessin. Deux éléments seront abordés plus spécifiquement. D’abord, pour bien cerner la situation actuelle de l’ergothérapie dans le contexte scolaire en Suisse, les résultats du questionnaire adressé en 2016 aux ergothérapeutes exerçant auprès d’enfants seront présentés. Ensuite, le modèle d’intervention en milieu scolaire, que le groupe a élaboré, permettra d’échanger sur sa pertinence et son applicabilité clinique afin de faciliter la réalisation d’occupations significatives à l’école.


Atelier 8 : Législation, capacités de discernement et occupations humaines

Katja Haunreiter, Professeure HES associée, HETS&Sa | EESP

Cet atelier abordera la capacité de discernement qui, en droit suisse, est ancré à l’art. 16 CCS. Des échanges seront proposés autour de cette notion en lien avec les occupations humaines. Plus particulièrement, quels sont les éléments qui, d’un point de vue juridique, sont examinés concernant la capacité de discernement ? Comment faire le lien dans la pratique, particulièrement avec les personnes ayant des troubles cognitifs ? Comment « classer les actes » selon leurs enjeux (ce n’est pas pareil de décider d’une opération chirurgicale, que de choisir une sortie zoo ou la peinture) ? D’après le droit suisse, qui décide quand la personne n’y arrive pas / plus ? Quelles peuvent être les difficultés pour les professionnel-e-s confronté-e-s à une capacité de discernement fluctuante chez un-e client-e ?


Atelier 9 : Stratégies pour augmenter la communication ou la compréhension

Germaine Gremaud, Professeure HES ordinaire, HETS&Sa | EESP

Comme professionnel-le, il s’avère essentiel de savoir comment communiquer avec des client-e-s ou augmenter leur compréhension. Lorsque ces dernier-e-s sont malentendant-e-s, malvoyant-e-s, présentent une déficience intellectuelle ou ne maitrisent pas la langue, quels soutiens apporter à la communication afin de favoriser la réalisation d’occupations significatives ? L’objectif de cet atelier est d’être sensibilisé aux stratégies pouvant augmenter la compréhension du langage oral.


Atelier 10 : Soins palliatifs et occupations humaines

Catherine Genet, Maître d’enseignement, HETS&Sa | EESP

Les personnes atteintes d’une maladie potentiellement mortelle et leur entourage vivent l’expérience d’une modification considérable de leur équilibre occupationnel. Toutefois, même dans les derniers moments de la vie, la participation à des activités significatives continue à être importante. Les ergothérapeutes peuvent prodiguer une intervention visant à favoriser la participation et ainsi permettre aux personnes en situation palliative de réaliser leurs occupations le plus longtemps possible, tout en composant avec la réalité. L’objectif de l’atelier sera d’échanger sur comment les occupations peuvent améliorer la qualité de vie des bénéficiaires de soins palliatifs ainsi que le sentiment de se sentir en vie.


Atelier 11 : Co-création des histoires avec les personnes présentant une démence : « Tout le monde a une histoire à raconter. Parce que la vie est un récit en soi » (D. Kennedy)

Tracy Rehling, Professeure, University of Northampton, Grande Bretagne 

La narration est utilisée en ergothérapie comme méthode d’évaluation, mais elle est aussi considérée comme une activité humaine signifiante et significative. Pour la personne présentant une démence, les troubles du langage et de la mémoire reliés à l’évolution de la maladie pourraient l’empêcher de s’exprimer. A partir des recherches déjà réalisées dans ce domaine, cet atelier aborde une approche permettant à l’individu de s’engager dans la co-création d'histoires en s’appuyant sur ses capacités préservées. L’intérêt pour les ergothérapeutes, concernant la forme de cette occupation, l’engagement occupationnel de la personne et le potentiel de l’effet transformateur sur l’environnement social élargi sera également discuté.


15:50 – 16:20 : Bilan des apprentissages : Synthèse des ateliers et des éléments-clés

Sylvie Tétreault, HETS&Sa | EESP


16:20 – 16:30 : Société francophone des sciences de l’occupation : réseautage

Nicolas Kühne, HETS&Sa | EESP 


16:30 – 17:30 : Apéritif


17:30 – 18:30 : Soutien par les pairs et populations vulnérables : une démarche fondée sur les forces pour maximiser le mieux-être

Conférence destinée aux délégué-e-s de l’ASE et aux participant-e-s du colloque

Rachel Thibeault, Professeure, Université d'Ottawa, Canada 

Soutien par les pairs et populations vulnérables: une démarche fondée sur les forces pour maximiser le mieux-être 
Traduction simultanée en allemand

Gefährdete Gruppen unterstützen sich gegenseitig: Ein Ansatz der sich auf die Stärken fokussiert und das Wohlbefinden maximiert
Simultanübersetzung auf Deutsch


S'inspirant des travaux effectués depuis les années 70 en réadaptation à base communautaire (RBC), cette présentation offre une définition du soutien par les pairs, un survol de son évolution en RBC, et une description de ses applications les plus fréquentes auprès d'une vaste gamme de populations vulnérables. Des histoires de cas réelles permettent ensuite d'illustrer les stratégies de conception, d'implantation et d'évaluation, et la présentation se clôt sur les recherches les plus récentes mettant en relief les impacts les plus marquants du soutien par les pairs. Suite à la présentation, les participant-e-s sauront : (1) décrire les éléments-clefs sous-tendant le concept de soutien par les pairs ; (2) identifier les contextes propices à son utilisation ; (3) décrire le processus de mise en place, de la conception à l'évaluation ; (4) identifier les principaux défis et contributions associés au soutien par les pairs.

Contact(s)

Fichier(s) associé(s)

Retour en haut