Aller au contenu principal

Penser avec Perec, le zèle et la qualité avec Pirsig, la famille selon Pennac et le Laboratoire par Latour

6 novembre 2018
12:15 - 13:15
HETS&Sa | EESP, Bibliothèque
Planète Recherche

Pascal Gaberel, Professeur HES associé, HETS&Sa | EESP

Analyser sa propre démarche de recherche réactive l'angoise de base de tout-e chercheur-e : réaliser que finalement nous restons toujours notre propre objet de recherche et que celle-ci nous ramène à nous. Comment réaliser cette rupture épistémique que tous les épistémologues appellent de leurs voeux ? Comment se situer comme "ego transcendental" face à des phénomènes sensés refléter les "choses en soi" ? Ou plutôt comment parcourir le chemin des références scientifiques entre société humaine et formes théoriques sans tomber dans le piège des ruptures successives ?

Peut-être en parcourant les chemins de traverse que nous offre la littérature et en débutant l'observation et la description avec "la vie mode d'emploi" de George Perec; en recherchant la Qualité comme passager de la motocyclette de Robert Pirsig; en analysant avec Daniel Pennac, sa propre famille à travers celle des Malaussène ou, enfin, en opérant un mouvement de retour sur la science, avec Bruno Latour qui propose une chimère entre le récit ethnologique et le roman scientifique. Mais comme disait Don Juan, le maître de Carlos Castaneda, ce qui compte c'est de trouver un chemin qui a du coeur.

La présentation se reposera sur les romans suivants :

  • Perec, G. (1978). La vie mode d'emploi. Paris : fayard.
  • Perec, G. (1991). Cantatrix sopranica L. Paris : Seuil.
  • Perec, G. (1985). Penser / Classer. Paris : Seuil.
  • Pirsig, R.M. (1974). Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes.
  • Pennac, D. (1985). Au bonheur des ogres. Paris : Gallimard.
  • Latour, B. & Woolgar, S. (1988). La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris : La Découverte.

Fichier(s) associé(s)

Retour en haut