Aller au contenu principal

Analyse pluridimensionnelle de l'accident de travail (7057)

Etat
Terminée
Début / Fin
01.04.2007 - 31.03.2010
Domaine(s) d'expertise
Assurances sociales
Insertion, emploi
Politiques sociales, action publique, état social
Rééducation et réadaptation
Santé
Situations de handicaps, incapacités
Sources de financement
Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), Instrument d'encouragement pour la recherche orientée vers la pratique des hautes écoles spécialisées et hautes écoles pédagogiques (DORE)
Responsable(s)
Tabin Jean-Pierre (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Bolzman Claudio
Castelli Dransart Dolores Angela
Pasche Geneviève
Collaboration de
Probst Isabelle (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Waardenburg George

Description

La revue de littérature, une pré-étude des données statistiques disponibles, ainsi qu'un sondage mené auprès de syndicats et de professionnel-le-s actifs/ves dans le domaine ont montré que l'approche en terme de trajectoire a été largement négligée, comme le fait que la remise en question brutale et inattendue de l'activité professionnelle a une portée particulière, vu que c'est suite à une activité professionnelle que l'accident survient.

L'accident du travail, événement imprévisible, a des conséquences différentes suivant le contexte dans lequel il a lieu et le traitement social et sanitaire dont il fait l'objet. Par hypothèse, la trajectoire des victimes (notamment en terme de réinsertion) n'est pas seulement influencée par le type d'accident et le type d'emploi occupé au moment de l'accident, mais également par le traitement de l'événement par les assurances sociales (par exemple la détermination de la causalité adéquate), le statut de la personne accidentée, la présence de ressources familiales et la capacité des professionnel-le-s à Å“uvrer de manière concertée et selon les logiques complémentaires.

La recherche, d'une durée de 30 mois, se déroulera en 3 volets. La collecte des données se fera par le biais de différentes techniques (entretiens semi-structurés, analyse documentaire, focus groups), ce qui permettra de croiser les points de vue (victimes, professionnel-le-s) et les données.

Le premier volet consistera en 24 à 32 entretiens avec des victimes d'accidents professionnels, sélectionnés avec l'aide de nos partenaires de terrain (Clinique romande de réadaptation de la Suva, syndicats (UNIA, SYNA), association de soutien aux personnes de nationalité étrangère (Centre de contacts Suisses-Immigrés, CCSI). Les victimes, âgées de 26 à 45 ans, auront travaillé dans des secteurs qui occupent une place particulière dans le domaine des accidents professionnels du point de vue du risque et du type de personnes touchées (genre, nationalité, etc.), soit la construction, l'hôtellerie-restauration et l'économie domestique. Ces personnes auront subi, 3 à 5 ans auparavant, un accident suffisamment invalidant, mais n'empêchant pas a priori la reprise d'un travail.

Dans un second volet, l'analyse de 96 dossiers de victimes, fournis par nos partenaires de terrain, permettra une analyse complémentaire. L'accent de l'investigation sera mis sur la reprise de l'activité, les démarches entreprises, les problèmes pouvant survenir, etc. Sur la base de ces deux premiers volets, des trajectoires-type seront élaborées.

Le troisième volet consistera en quatre focus groups, avec 8-10 catégories d'acteurs/trices désigné-e-s par les victimes et/ou les dossiers comme ayant joué un rôle significatif dans les trajectoires. Les focus groups permettront de mettre à l'épreuve les trajectoires-type élaborées lors des deux premières phases et de vérifier la pertinence des hypothèses posées.

L'identification, la reconstruction et les éléments interprétatifs liés aux trajectoires-type permettront d'envisager des interventions professionnelles plus performantes et plus efficaces, car s'inscrivant dans la logique même de la construction de la trajectoire.

Publication(s) liée(s)

Retour en haut