Aller au contenu principal

Dans quelle mesure une déficience motrice et/ou sensorielle est-elle un facteur de non-recours à l’urgence sociale pour les populations sans-abri ? L’exemple de Paris pour construire un cahier des charges et un livre blanc de l’accessibilité (7339)

Etat
En cours (Direction)
Début / Fin
01.01.2019 - 30.06.2020
Domaine(s) d'expertise
Assurances sociales
Méthodes et techniques d'intervention en travail social
Situations de handicaps, incapacités
Sources de financement
FIRAH - Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap
Responsable(s)
Gibey Lydie (CREAI Ile-de-France)
Rullac Stéphane (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Carotenuto-Garot Aurélien (CRESPPA-GTM (Paris 8))
Charrier Laura (SAMU social de Paris)
Grimaldi Yvan (Armée du Salut)
Bustreel Véronique (APF France handicap)
Girault Claire (L'association Oeuvres d'Avenir)

Description

Il s’agit de mesurer la manière dont la situation de handicap moteur et sensoriel des personnes sans-abri, à Paris est un frein pour recourir aux dispositifs de l’urgence sociale (115, maraudes pédestres et motorisées, ainsi que les Centres d’Hébergement d’Urgence), en limitant l’accessibilité aux institutions médico-sociales et aux accompagnements d’aides sociales, pour ces populations dont les besoins spécifiques ne sont pas pris en compte.

Retour en haut