Aller au contenu principal

La pédagogie de la petite enfance de Friedrich Froebel (1782-1852): Comment est-elle reçue et mise en oeuvre en Suisse romande entre 1860 et 1925 (7001)

Etat
Terminée
Début / Fin
01.04.2005 - 31.03.2007
Domaine(s) d'expertise
Enfance, adolescence, jeunesse
Pédagogie, didactique, TICE
Histoire
Sources de financement
Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), Réseau d'études appliquées en politiques sociales, familiales et de la santé (REA)
Responsable(s)
Schaerer Michèle (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)

Description

La pédagogie de la petite enfance (théorie du jeu, matériel pédagogique, jardin d'enfants) que Froebel développe dès 1836 connaît un essor dans la seconde moitié du 19e siècle. En Suisse romande, des premiers jardins d'enfants froebeliens sont fondés dès 1860 et, dans les écoles enfantines publiques qui voient le jour à partir des années 1870, la méthode Froebel sera la méthode de référence jusque dans les années 1920. Dans le cadre de cette recherche, le processus de réception et de mise en Å“uvre des idées froebeliennes a été étudié:

  1. dans les cantons de Genève et de Vaud (jardins d'enfants privés et écoles publiques);
  2. au sein de la Société des instituteurs de la Suisse romande (congrès, revue l'Educateur);
  3. dans les écrits de quelques pédagogues ayant contribué à la dissémination des idées froebeliennes dans cette partie du pays.

Les acteurs de l'époque ont adopté de manière sélective la pédagogie frÅ“belienne: ils en ont repris les activités (jeu, mouvement) et le matériel qu'ils ont intégré à l'enseignement dispensé à l'école enfantine, y compris à celui des premiers savoirs scolaires de base (lire, écrire, calculer), que Froebel avait pourtant bannis du Kindergarten; ils l'ont également mise au service de thèmes pédagogiques d'actualité de l'époque, comme l'éducation morale, l'enseignement intuitif ou les travaux manuels; en revanche, ils n'ont pas pris en compte les fondements philosophiques et religieux de la pédagogie froebelienne. Cette adaptation sélective a pu dériver vers une utilisation purement mécanique du matériel et un emploi du "label Froebel" n'ayant plus guère de lien avec l'"original". Cette recherche débouche sur quelques réflexions relatives à des questions actuelles autour de la réception et de l'usage des idées pédagogiques, ainsi que des finalités de l'école enfantine.

Publications

Schärer Michèle-E. (2003). Die Rezeption Friedrich Fröbels in der französichen Schweiz 1860-1914. Zwischenbericht einer Untersuchung. In Heiland, H. & Neumann, K. (Hrsg) Fröbels Pädagogik verstehen, interpretieren, weiterführen. Internationale Ergebnisse zur neueren Fröbelforschung, Würzburg, Königshasen & Neumann, pp. 151-165.
Schärer Michèle-E. (2003). La pédagogie fröbelienne dans l'éducation préscolaire en Suisse romande: 1860-1914. Revue suisse des sciences de l'éducation, No 2, pp. 287-307.
Schärer, Michèle-E. (2005). La méthode Fröbel dans les écoles enfantines publiques de Suisse romande : au service d'une préparation à l'école primaire ? 1870-1914. In Scolariser la petite enfance ? Actes du deuxième colloque "Constructivisme et éducation", Vol. 1 (pp. 204-213). Genève : Service de la recherche en éducation.
Schärer Michèle-E. (2007). Rapport final de recherche : La pédagogique de la petite enfance de Friedrich Fröbel (1782-1852): Comment est-elle reçue et mise en oeuvre en Suisse romande entre 1860 et 1925 ?

Retour en haut