Aller au contenu principal

L'expérience du nouveau paradigme de l'assurance invalidité suisse (7161)

Etat
En cours (Direction)
Début / Fin
01.01.2015 - 31.12.2017
Domaine(s) d'expertise
Assurances sociales
Politiques sociales, action publique, état social
Rééducation et réadaptation
Sociologie, anthropologie
Sources de financement
Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), division Sciences humaines et sociales (division I)
Responsable(s)
Tabin Jean-Pierre (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Probst Isabelle (Haute école de santé Vaud - HESAV)
Collaboration de
Piecek-Riondel Monika (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Perrin Céline (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)

Description

L’assurance invalidité (AI) vient d’être profondément révisée. Des maladies autrefois considérées comme invalidantes ne le sont plus, les rentes sont désormais systématiquement révisées, les mesures de réadaptation professionnelle ont été renforcées, la détection précoce a été introduite. Conséquence : la frontière entre invalidité et validité se brouille. Avec quel résultat sur les personnes concernées et leurs proches ?

Inscrites dans le courant des politiques d’activation, les 5e et 6e révisions de l’AI redéfinissent de manière restrictive les conditions d’accès aux rentes et introduisent diverses mesures visant à soutenir l’insertion professionnelle des personnes atteintes dans leur santé. Prises dans leur ensemble, elles dessinent un nouveau paradigme dans l’assurance : il n’y a plus d’un côté les personnes qui touchent une rente de l’AI et de l’autre les réinsérables, tout récipiendaire – y compris potentiel – de l’AI peut se voir imposer des mesures. Notre projet vise à mettre au jour ce que signifie ce nouveau paradigme pour les personnes concernées et leurs proches : comment le vivent-elles ?

Pour le savoir, nous examinerons d’abord comment ces nouvelles politiques sont mises en œuvre dans le canton de Vaud, au niveau de l’Office cantonal de l’assurance invalidité et des organismes chargés des mesures de réadaptation. Ensuite, des entretiens seront conduits avec les bénéficiaires de mesures de réadaptation et leurs proches afin de saisir l’expérience concrète qu’elles font de la réadaptation, mais aussi le jugement qu’elles portent sur les normes et valeurs véhiculées par les politiques de réadaptation. Conformément à la perspective des disability studies, la collecte et l’analyse des données auront lieu en partenariat avec un groupe d’accompagnement constitué de personnes issues des associations concernées par l’invalidité et/ou ayant fait l’expérience de l’invalidité.

*****

Living under the new paradigm of the Swiss disability insurance

Lead

The Swiss disability insurance (DI) has recently undergone fundamental changes. For example, medical conditions previously seen as debilitating are no longer considered as such, pensions are now reviewed every few years, rehabilitation measures are considerably more numerous, and so-called « early intervention measures » (on the job) have been implemented. As a consequence, the former boundary of the DI between disability and ability has been blurred. What are the consequences of these changes on former, potential or current DI recipients and their relatives?

Content and aims of the project

In accordance with policies aimed at activating social welfare recipients, the 5th and 6th revisions of the DI have restricted the right to disability pensions and introduced various measures in order to sustain the employability of persons with health issues. As a whole, these revisions sketch a new paradigm in the DI: the distinction between people working and pension recipients is no more clear-cut; every – even potential – recipient is now a target for rehabilitation or reintegration measures. Our project aims at understanding the consequences of this new paradigm on people undergoing rehabilitation and their relatives: how do they experience it ?

We will first examine how the DI administration has carried out these new policies in the canton of Vaud (Switzerland). In a second phase, we will interview former, potential or current DI recipients and their relatives in order to understand how they experience these measures, but also if they support or criticise the norms and values of the new disability policy.

Using the tools of the critical disability studies perspective, we will collect and analyse the data in partnership with persons with disabilities and disability lobbyists.

Retour en haut