Aller au contenu principal

Nouveaux dispositifs, nouvelles dispositions ? Les effets des dispositifs d’insertion bas seuil sur les jeunes sans qualifications (7325)

Etat
En cours (Direction)
Début / Fin
01.01.2020 - 31.12.2023
Domaine(s) d'expertise
Enfance, adolescence, jeunesse
Insertion, emploi
Sociologie, anthropologie
Sources de financement
Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), division Sciences humaines et sociales (division I)
Responsable(s)
Delay Christophe (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)

Description

Ces dernières décennies, l’intégration professionnelle des jeunes est devenue une mission prioritaire des politiques sociales en Suisse tant à l’échelon cantonal qu’à l’échelon communal où, pour palier aux difficultés de certains à participer aux dispositifs centralisés, des dispositifs bas seuil de proximité ont vu le jour. Ce projet vise à saisir quels effets de socialisation les pratiques des travailleurs sociaux (TS) ont sur les comportements des jeunes qui y entrent, et comment ils affectent (ou non) une fois sortis des dispositifs, leurs trajectoires vers la formation, l’emploi, le chômage ou la carrière parentale. Mobilisant une approche dispositionnelle propre aux théories de Bourdieu ainsi qu’aux critiques avancées par Berger & Luckmann, Lahire ou Darmon, l’étude s’intéresse aux processus d’intériorisation, réactivation, renforcement ou transformation/conversion des dispositions chez les jeunes durant leur passage en institution, pour voir dans quelle mesure, celles-ci sont (ou non) durables dans le temps et peuvent être transposées dans différents domaines de pratique ou autres contextes que celui de l’apprentissage.
Cherchant à visibiliser le travail pédagogique des TS, ce projet alimentera aussi les débats politiques autour de la prolongation de la scolarité obligatoire à Genève.

Partenaire : Shultheis Franz, Université de Saint-Gall

Retour en haut