Aller au contenu principal

Pour une analyse de la socialité populaire : ethnographie de clubs de twirling bâton en Suisse romande (7342)

Etat
En cours (Direction)
Début / Fin
01.01.2019 - 31.01.2020
Domaine(s) d'expertise
Enfance, adolescence, jeunesse
Sociologie, anthropologie
Sports et loisirs
Sources de financement
Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), Ra&D du domaine Travail social. Bourse de relève dans le cadre d'un doctorat
Responsable(s)
Ly Shia Manh (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)

Description

Les clubs sportifs à composantes populaires, par leurs sociabilités et par l’activité proposée, sont les lieux d’une expérience politique entendue comme acquisition d’un point de vue sur le monde, sur ses injustices et sur certaines modalités de déni de reconnaissance, telle est l’hypothèse centrale de ma thèse. Pour travailler cette hypothèse, la requérante souhaite s’arrêter sur une dimension significative de son analyse, celle de la socialité, c’est-à-dire les expériences, relations au monde environnant et activités spécifiques aux clubs retenus, les clubs de twirling bâton. Il est en effet démontré que les socialités qui caractérisent les associations, décrites aussi comme « styles de groupe » (Eliasoph & Lichterman, 2003 ; Lichterman, 2007), disposent à une expérience critique du monde et du fonctionnement de la société. Analyser la socialité de ces clubs permet de comprendre ce que la vie associative produit en termes de perception critique du monde, de participation et de reconnaissance, enjeux actuels du travail social.

Retour en haut