Aller au contenu principal

Quels besoins ont les personnes sans-abri ? Analyse des points de vue des personnes, salariées, bénévoles et sans-abri engagées dans les dispositifs d’assistance (Lausanne et Suisse romande) (7287)

Etat
En cours (Direction)
Début / Fin
01.01.2019 - 31.01.2020
Domaine(s) d'expertise
Bénévolat, philanthropie
Méthodes et techniques d'intervention en travail social
Sociologie, anthropologie
Sources de financement
Société suisse d'utilité publique (SSUP)
Responsable(s)
Martin Hélène (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Collaboration de
Bertho Béatrice (Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne)
Recherche(s) associée(s)
Evaluation de l'accueil de nuit "Le Répit" (81270)

Description

Différentes dimensions structurelles rendent difficile l’évaluation des besoins des personnes sans abri, que nous définissons sociologiquement comme celles qui vivent entre espaces publics et assistance. Le nombre et les caractéristiques de cette population sont difficiles à évaluer en raison de son hétérogénéité, de sa subalternité et du caractère processuel du sans-abrisme. La réponse sociale et politique au sans-abrisme s’exprime en termes d’ordre public et d’interventions sociales, cette dernière prenant des formes variées (dispositifs communaux, associatifs, militants, etc.) répondant à des définitions diverses, et polémiques, de l’action à mener.

Partant du principe que les personnes concernées sont les plus à même de se prononcer sur l’offre à fournir, la recherche vise à identifier les besoins des personnes sans abri et à analyser les moyens mis en œuvre pour y répondre. A cette fin, elle s'intéresse aux points de vue des acteurs et actrices mis·e·s en présence dans les dispositifs en direction du sans-abrisme de Suisse romande, à savoir les personnes sans abri elles-mêmes et les intervenant-e-s salarié-e-s et bénévoles qui y travaillent. Le recueil de données est effectué par entretiens semi-directifs et observations ethnographiques.

La recherche a démarré à l’occasion d’un mandat d’évaluation d’un dispositif d’accueil d’urgence de nuit obtenu auprès du Service social de la Ville de Lausanne. Elle se poursuit actuellement grâce aux financements de la Société suisse d’utilité publique, du Service de prévoyance et d'aide sociales du canton de Vaud et du Bureau de l’égalité entre femmes et hommes du canton de Vaud.

Egalement avec la collaboration de personnes engagé-e-s sur le terrain : Claudia Reis Mascarenhas, Benoît Tabin

 

Retour en haut