Aller au contenu principal

A propos de l'archétype guérisseur/blessé

Charles Chalverat, professionnel de formation en travail social à l'École d'Etudes Sociales et Pédagogiques de Lausanne (ÉÉSP), s'intéresse à la relation d'aide, celle entre le thérapeute et son patient tout comme celle entre le guérisseur et le blessé. Son intérêt et son questionnement autour de la pratique de la médecine populaire sont basés sur sa connaissance du monde des guérisseurs jurassiens auquel il a consacré deux films, dont « le don redonné, un lignage de guérisseurs », réalisé avec André Beday et présenté dans ce texte.

Dans le contexte de l'un de ses cours sur le pouvoir dans la relation d'aide, l'auteur questionne l'interaction existant entre les protagonistes. Cette interaction tire profit de l'expérience propre des personnes, l'aidant ayant une part de blessé en lui et le blessé ayant une part de guérisseur en lui. Cette relation, non dénuée de rapports de forces, a pour but une mobilisation de la foi et des capacités du blessé ainsi que le contact du guérisseur avec ses propres fragilités, à l'image de Chiron, personnage mythique, représentant cet archétype « guérisseur-blessé », poussant ce principe de douleur vécue par l'aidant à l'extrême. Cette relation est donc caractérisée par une co-évolution, dont l'essentiel est l'activation de la transcendance en chaque partenaire, facteur décisif de guérison : le guérisseur représente le lien entre ce monde et l'au-delà . La maladie devient dès lors un mal à combattre, tout en étant un appel au divin réalisable uniquement dans une prise en compte des deux pôles.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Chalverat Charles
Références

Chalverat, C. (2007). A propos de l'archétype guérisseur/blessé. Action et pensée, 50, 47-54.

Retour en haut