Aller au contenu principal

Classes populaires et devenir scolaire enfantin : un rapport ambivalent ? Le cas de la Suisse romande

Plusieurs travaux ont souligné l’essor en France des ambitions scolaires des familles populaires tout comme leur variabilité en fonction de l’origine nationale ou des scolarités juvéniles. Cet article revisite ce débat au moyen d’une enquête qualitative réalisée en Suisse romande. S’il montre que les aspirations parentales varient en fonction de la nationalité, du type de diplôme et d’emploi ou des parcours scolaires juvéniles, il questionne aussi le sens de certains propos ambivalents quant à la poursuite d’études longues : on saisit in fine mieux certains sentiments contradictoires (fierté, peur de la trahison) en cas de réussite scolaire juvénile de même que des révisions des aspirations à la baisse en cas de difficultés, générées par un système scolaire qui s’est massifié tout en continuant à opérer son rôle de sélection.

Auteur-e-s
Delay Christophe
Références

Delay, C. (2015). Classes populaires et devenir enfantin : un rapport ambivalent ? Le cas de la Suisse romande. Revue française de pédagogie, 188, 75-86.

Liens
Retour en haut