Aller au contenu principal

Imbrication des rapports de pouvoir

Considérant que les femmes ne constituent pas une catégorie homogène, la recherche féministe vise désormais à prendre en compte les effets d’autres systèmes d’oppression que le genre et à analyser leur imbrication. Que vivent, par exemple, les femmes qui sont la cible de discriminations à la fois sexistes et racistes? Comment les normes de sexe sont-elles modulées par celles de l’âge? Quels sont les liens entre le genre et le lesbianisme? Qu’a à voir la discrimination des animaux avec la discrimination des femmes et celle des étrangers? Ces questions sont traitées dans quatre recherches empiriques qui forment le Grand angle du numéro, permettant de voir comment les rapports de pouvoir se renforcent mutuellement ou, au contraire, comment l’un d’entre eux peut atténuer les effets d’un autre.

Auteur-e-s
Martin Hélène
Roux Patricia
Références

Roux, P. & Martin, H. (Eds) (2015). Imbrication des rapports de pouvoir. Nouvelles Questions Féministes, 34(1).

Liens
Retour en haut