Aller au contenu principal

La place des référentiels théoriques dans l'action

La réflexion que présentent dans cet article Claudia della Croce et Joëlle Libois est issue d’une recherche qu’elles viennent de terminer, centrée sur les pratiques significatives en animation socioculturelle en Suisse romande et au Liban. Les similitudes repérées concernant la formation des animateurs et animatrices socioculturel·le·s et les terrains dans lesquels s’insèrent leurs pratiques les ont incitées à les analyser à partir d’espaces culturels différenciés. Les transversalités et les spécificités des pratiques respectives ont ainsi pu être dégagées.

Les auteur·e·s montrent la richesse et la complexité de l’activité analysée. Elles indiquent que l’évolution des métiers du travail social, et particulièrement l’arrivée de formations à plusieurs niveaux demande de redéfinir les degrés de qualification.

Claudia della Croce et Joëlle Libois ont utilisé comme méthodologie de recherche l’autoconfrontation croisée (analyse des pratiques de manière conjointe entre professionnel·le·s et chercheur·e·s).

Résumé : Anne-Line Schminke

Auteur-e-s
Della Croce Claudia
Libois Joëlle
Références

Della Croce, C. & Libois, J. (2010). La place des référentiels théoriques dans l'action. Revue suisse de travail social, 8-9, 69-84.

Recherche(s) liée(s)
Retour en haut