Aller au contenu principal

Le regroupement familial des ascendants. Le traitement national d'une problématique transnationale : l'exemple de la Suisse

Cet article a pour but de répondre à trois questions : à quelles conditions la législation suisse permet-elle le regroupement familial des ascendants ? Quelle est l’ampleur de ce phénomène en Suisse ? Quelles sont les raisons qui conduisent les familles immigrées à tenter de faire venir un parent âgé dans leur pays de résidence ? L’étude analyse les problématiques liées au regroupement familial des ascendants sur une base comparative en se penchant sur les cantons de Genève et de Vaud qui appliquent des mesures différentes. Elle part de l’hypothèse que la diversité de traitement juridique des familles dus aux statuts des requérant-e-s et aux différences de législation cantonales, peut avoir une influence sur leur façon de réguler la dépendance de leur parent âgé.

A l’aide de l’analyse de sources juridiques, de décisions prises par des tribunaux genevois et vaudois au sujet des recours déposés, de l’analyse des statistiques de recensement de la population et d’entretiens semi-directifs auprès de familles, l’enquête permet de reconstruire un segment de la vie de la personne âgée et de sa famille. Les résultats présentent une réalité statistique difficile à cerner, les ascendants faisant partie des impensés des classifications établies. Ils révèlent la manière dont les autorités conçoivent la famille, bi-générationnelle et articulée autour d’un ou deux adultes pourvoyeur(s). Cette vision dominante de la famille de l’Etat suisse détermine les personnes qu’elle juge ou non légitimes de rejoindre leur famille migrante.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Anderfuhren Simon
Bolzman Claudio
Hirsch Durrett Elisabeth
Jäggi Monique
Vuille Marilène
Références

Bolzman, C., Hirsch Durrett, E., Anderfuhren, S., Vuille, M., & Jaggi, M. (2008). Le regroupement familial des ascendants. Le traitement national d'une problématique transnationale : l'exemple de la Suisse. Retraite et société, 55(3), 39-69.

Liens
Retour en haut