Aller au contenu principal

Les approches postcoloniales : apports pour un féminisme antiraciste

Les imbrications, complexes, entre l'oppression fondée sur le sexe, la classe et la race, l'ethnie ou la culture sont l'objet de ce numéro de Nouvelles Questions Féministes. Le numéro précédent a déjà amorcé la réflexion sur la notion de postcolonialisme dont les enjeux sont traités dans cet éditorial.

L'étude des interrelations entre sexe, race et classe permet une analyse plus approfondie du sexisme en posant la question de la construction de l'altérité par l'Occident. Ces réflexions mettent en évidence comment cet « Autre » est construit comme racisé, seul porteur d'une culture qui le détermine et envers laquelle il n'a pas de sens critique. Dans un Occident qui considère les non Occidentaux et particulièrement l'Islam comme des « sauvages » asservissant les femmes, argument invoqué par l'Amérique de Bush dans un langage de fondamentalisme religieux, il est central de comprendre comment les systèmes d'oppressions se recoupent et s'influencent.

Ainsi, un texte de Sabine Masson sur les femmes indiennes au Chiapas qui critiquent le féminisme métis et le sexisme du mouvement zapatiste, un autre de Ghaïss Jasser décrivant les figures fantasmées de « la femme » dans la pensée néocoloniale occidentale ou encore de Leti Volpp sur la question de la « culture » font partie des contributions de ce numéro à la question complexe des rapports de pouvoir liés au sexe, à la classe et à la race.

Résumé : Sarah Kiani

Auteur-e-s
Benelli Natalie
Delphy Christine
Falquet Jules
Hamel Christelle
Hertz Ellen
Roux Patricia
Références

Benelli, N., Delphy, C., Falquet, J., Hamel, C., Hertz, E., & Roux, P. (2006). Les approches postcoloniales : apports pour un féminisme antiraciste. Nouvelles Questions Féministes, 25(3), 4-12. doi:10.3917/nqf.253.0004

Liens
Retour en haut