Aller au contenu principal

Les atteintes à la santé dues au travail : du visible à l'invisible

Qu’il soit considéré comme dû au hasard, comme un aléa prévisible de certaines activités professionnelles, ou comme une conséquence directe des formes contemporaines d’organisation du travail, l’accident du travail n’est que la face visible des atteintes à la santé dues au travail. Le traitement social particulier dont l’accident fait l’objet est à mettre en relation avec les raisons qui expliquent l’émergence et le développement de l’assurance accidents, c’est-à-dire la suppression d’un potentiel conflit de classe sur la responsabilité de l’accident. Le développement assurantiel permet en effet de déplacer le conflit entre patronat et classe ouvrière, potentiellement dangereux pour l’ordre capitaliste, du terrain collectif et politique vers le terrain personnel et administratif.

Fondée sur une recherche financée par le FNS et menée en Suisse entre 2007 et 2010, le but de cette contribution écrite par Isabelle Probst, Jean-Pierre Tabin, et George Waardenburg est de discuter des effets sociaux de l’usage de cette catégorie « accident du travail ». Pour commencer, les auteur-e-s examinent les représentations usuelles des raisons qui expliquent l’« accident du travail ». Ensuite, la statistique est analysée (lien entre profession et risques, paramètres cachés, conséquences sociales de l’organisation du travail salarié). Les auteur-e-s montrent en outre que l’usage de la catégorie « accident du travail » laisse dans l’ombre d’autres atteintes à la santé sous l’effet d’une double distinction, entre maladie et accident d’une part, et entre travail salarié et domestique d’autre part. Enfin, Isabelle Probst, Jean-Pierre Tabin, et George Waardenburg examinent comment le traitement social de l’accident du travail permet de dédouaner les employeurs de leur responsabilité lors de la survenance des accidents.

Résumé : Anne-Line Schminke

Auteur-e-s
Probst Isabelle
Tabin Jean-Pierre
Waardenburg George
Références

Probst, I., Tabin, J.-P. & Waardenburg, G. (2014). Les atteintes à la santé dues au travail : du visible à l'invisible. In F. Aballéa & A. Mias (Coord.), Organisation, gestion productive et santé au travail (pp. 293-303). Toulouse : Octares.

Recherche(s) liée(s)
Retour en haut