Aller au contenu principal

Les capacités des nonagénaires sont plus diversifiées que celles des enfants

Cet interview d’Elisabeth Hirsch, Professeure à l’Ecole d’Etudes Sociales et Pédagogiques (EESP) et spécialiste du grand âge, permet de déconstruire quelques clichés le concernant. Plutôt qu’un ralentissement, la vieillesse est vue comme une réorganisation, caractérisée par la concentration sur des stratégies de préservation des forces pour ce qui a vraiment du sens. Le rôle des EMS, ne peut pas se limiter à celui de mouroirs : l’espérance de vie après l’entrée en EMS est de deux ans et demie à trois ans. Il s’agit d’une période substantielle. Les humains ne vivent en effet pas seulement de soins et encore moins pendant trois ans ! C’est une certaine image négative de la vie en communauté et la valorisation de l’autonomie qui aboutit à conforter une vision très sombre des EMS. Enfin, pourquoi s’étonner de la variabilité des processus de vieillissement d’une personne à l’autre ? La diversité des capacités psychiques et physiques des nonagénaires est plus importante que celle des jeunes enfants, car l’existence interagit avec les prédispositions des individus. Les personnes du grand âge sont souvent appréhendées comme un groupe homogène, fausse croyance qui nous vient de stéréotypes associés à cette tranche d’âge.

Résumé : Sarah Kiani

Auteur-e-s
Hirsch Durrett Elisabeth
Ruiz Geneviève
Références

Ruiz, G. & Hirsch, E. (2011). Les capacités des nonagénaires sont plus diversifiées que celles des enfants. Hémisphères. La revue suisse de la recherche et de ses applications, 2, 70.

Liens
Retour en haut