Aller au contenu principal

Les "études genre" dans les filières de la santé et du travail social des HES en Suisse

Cet article présente une recherche menée auprès de personnes appartenant aux filières de la formation de la santé et du travail social de la Haute Ecole Spécialisée (HES) qui a pour but de faire le bilan de l’intégration des études genre au sein des enseignements et des recherches qui y sont proposées.

Cette étude permet d’une part de « sonder » l’intérêt que représente les études genre dans les HES et d’autre part de connaître les difficultés rencontrées par les enseignant-e-s. Les résultats soulignent l’impératif de sortir les études genre d’une certaine précarité, notamment en raison du manque de formation et de groupes de travail permettant la constitution de réseaux. Le cadre de travail des répondant-e-s leur laisse également peu de marge de manœuvre, confronté-e-s à une forme de résistance de la part des étudiant-e-s et collègues envers la perspective de genre, symptôme d’un manque de reconnaissance sociale des approches analysant les rapports sociaux de sexe.

Il est pourtant central que la perspective de genre trouve sa place dans le système de formation des HES, sachant que les publics cibles de ces professions mais aussi celles qui les exercent sont majoritairement des femmes. Cette recherche appuie fortement l’importance de mettre en place des structures plus fortes, intégrant des groupes de travail et des possibilités de formation continue.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Kuehni Morgane
Modak Marianne
Références

Modak, M., & Kuehni, M. (2008). Les “études genre” dans les filières de la santé et du travail social des HES en Suisse. Les politiques sociales, 1-2, 127-138.

Retour en haut