Aller au contenu principal

Les politiques actives de l'emploi au service de la réduction des inégalités ?

Cet article propose d’interroger les politiques actives de l’emploi en Suisse. Ces mesures visent à favoriser le retour au travail rémunéré des personnes au chômage, en prenant en compte une nouvelle dimension, celle du comportement individuel et en favorisant une aide au cas par cas, en fonction de l’attitude de la personne sans emploi. Ces politiques de l’employabilité tendent à privilégier la notion d’adaptabilité des bénéficiaires de l’assurance-chômage aux exigences du marché du travail. L’approche par les capabilités (AC) d’Amartya Sen permet une autre forme d’action publique prenant en compte la capacité réelle d’action et de participation démocratique des individus. Les politiques actives sont analysées sous l’angle de l’AC en ciblant trois catégories de chômeur-euse-s : les femmes avec enfants, les jeunes et les chômeur-euse-s âgé-e-s. Cette analyse, conduite dans deux cantons suisses romands au moyen d’entretiens avec des responsables d’offices cantonaux du travail, des responsables d’agences locales, des conseillers en personnel et des demandeurs d’emploi, démontre que ces politiques, loin de réduire les inégalités tendent à renforcer les discriminations subies par des personnes déjà discriminées sur le marché du travail. Les politiques actives en Suisse sont fortement influencées par le concept d’employabilité de la personne et d’individualisme patrimonial au lieu de prendre en compte les possibilités réelles des individus.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Badan Philippe
Bonvin Jean-Michel
Moachon Eric
Références

Badan, P., Bonvin, J.-M., & Moachon, E. (2007). Les politiques actives de l'emploi au service de la réduction des inégalités ? In P. Batifoulier, A. Ghirardello, G. de Laquier & D. Remillon, Approches institutionnalistes des inégalités en économie sociale, (Vol. 2, pp. 335-348). Paris: L'Harmattan.

Retour en haut