Aller au contenu principal

Les restructurations d'entreprises et leur impact sur les travailleurs. Comparaison de deux études de cas dans l'industrie métallurgique suisse

La régulation du marché du travail en Suisse se distingue par l’importance accordée au principe de subsidiarité et le souci du libéralisme, un droit du travail minimaliste, des conventions collectives qui laissent une marge de manœuvre importante à l’entreprise et qui édictent souvent les normes les plus détaillées. Dans ce contexte, cette contribution propose une analyse de deux processus de restructuration menés dans l’industrie métallurgique suisse, Tornos dans le Jura bernois qui se caractérise par un management par des personnes de la région et des moyens de financement locaux et Alcan en Valais, filiale suisse d’une multinationale québécoise. L’analyse met en évidence les processus de restructurations productives menés par les directions d’entreprises ainsi que la place accordée aux travailleur-euses dans ces processus et cherche à éclairer les implications de ces restructurations sur la qualité de vie et le degré d’identification à l’entreprise de ces dernier-ères. Le durcissement des conditions de travail dans le sens d’une flexibilisation des horaires et des salaires fait que l’entreprise tend de plus en plus à être considérée comme un instrument de profit plutôt que comme une communauté de travail. L’analyse montre que dans les deux cas étudiés, bien que l’ancrage régional de Tornos soit interprété favorablement, les idéaux de référence du passé à l’entreprise paternaliste sont les mêmes et témoignent d’un désarroi face à la situation actuelle dans laquelle les travailleur-euses sont démunis pour saisir les évolutions contemporaines et y faire face.

Résumé : Sarah Kiani

Auteur-e-s
Bonvin Jean-Michel
Simon Alain
Références

Bonvin, J.-M. & Simon, A. (2009). Les restructurations  d'entreprises et leur impact sur les travailleurs. Comparaison de deux études de cas dans l'industrie métallurgique suisse. In B. Appay & S. Jefferys (Eds), Restructurations, précarisations, valeurs (pp. 75-87). Toulouse : Octares.

Retour en haut