Aller au contenu principal

Migrations et politiques publiques : le cas de la ville de Lausanne

Depuis le début des années 1980, la Suisse se caractérise par un processus de pluralisation de son paysage religieux qui découle notamment de l’accroissement de la part de la population se déclarant membre d’une communauté religieuse autre que catholique romaine ou réformée. Dès lors, qu’en est-il des modes de gestion publique de la diversité religieuse et des critères de la reconnaissance publique des objets religieux ? Ce chapitre, paru dans la publication « Dieu change en ville. Religion, espace, immigration », présente une recherche qui vise à comprendre le rôle des villes dans la gestion du pluralisme religieux en Suisse dans le but notamment d’identifier les dispositifs normatifs, les pratiques en vigueur et les besoins en formation.

Dans leur chapitre, Claude Bovay et Delphine Gex-Collet montrent que plusieurs composantes de la politique communale exercent un rôle significatif en matière de traitement des demandes à caractère religieux. Les auteur·e·s indiquent que si la ville dispose d’une compétence limitée à certains aspects des conditions d’exercice du culte par les Églises reconnues, les formes de religieux dont elle traite dépassent largement ce cadre. Il s’agit d’un objet que la gouvernance urbaine doit de facto traiter dans le cadre des différentes politiques dont elle a la charge. Claude Bovay et Delphine Gex-Collet concluent sur l’intérêt de discuter les enjeux d’une action volontariste incluant la religion comme une des composantes d’une politique d’intégration.

Résumé : Anne-Line Schminke

Auteur-e-s
Bovay Claude
Gex-Collet Delphine
Références

Bovay, C. & Gex-Collet, D. (2010). Migrations et politiques publiques : le cas de la ville de Lausanne. In L. Endelstein, S. Fath & S. Mathieu (Eds), Dieu change en ville : Religion, espace, immigration (pp. 21-36). Paris : L’Harmattan.

Retour en haut