Aller au contenu principal

Partenariat avec les familles : pour une action raisonnée. L'exemple des éducatrices de la petite enfance

L'une des caractéristiques du travail des éducatrices de la petite enfance (EPE) lorsqu'elles parlent de leur activité est celle de partenariat entre les professionnelles et les usagers, c'est-à-dire les parents. Pourtant, si l'on regarde de plus près, le partenariat, exigeant la symétrie des deux parties et donc leur égalité, n'est pas réalisé dans les faits, et dans la description même qu'elles donnent de leur pratique. En caractérisant leurs activités en ces termes, les professionnelles évacuent totalement la question des rapports de pouvoir. Comment dès lors, comprendre le maintien et l'insistance des EPE sur cette notion ? Il semblerait que la volonté d'établir le partenariat soit suffisante, plus que ce partenariat lui-même, dans une sorte de pouvoir de matérialisation de la parole. Afin de renforcer cette croyance dans l'énonciation, les membres du groupe déclarent uniformément ce partenariat, de façon fréquente et régulière. Cette énonciation prend alors la forme d'une invocation, d'une incantation et le partenariat d'un véritable fétiche. Cela démontre la conscience qu'il n'existe pas réellement dans les faits mais plutôt comme objet de culte. Le fétiche, si il est bien fabriqué devient réel, dès lors en quoi le partenariat modifie-t-il la pratique des travailleuses sociales ? Si l'image donnée à leur profession est celle d'une harmonie, d'une égalité parfaite, sans rivalité entre les protagonistes, quelle devient la spécificité des EPE, qu'en est-il de leur professionnalisme ?

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Frund Robert
Références

Frund, R. (2006). Partenariat avec les familles : pour une action raisonnée. L'exemple des éducatrices de la petite enfance. Journal Européen d'Education Sociale, 10-11, 97-106.

Retour en haut