Aller au contenu principal

Protection sociale et marché du travail en transition : une approche en termes de capabilités

Cet article analyse, à la lumière de l'approche par les capabilités d'Amartya Sen, le triple mouvement actuel du marché du travail et de la protection sociale. On peut en effet observer une tendance à l'activation des travailleur-se-s et demandeur-se-s d'emploi dans le sens d'une demande d'implication et de responsabilité accrue, une tendance à l'individualisation des relations au sein du marché du travail ainsi qu'une territorialisation de la relation de travail et de droit social.

Ces changements montrent une évolution des attentes vis-à-vis des travailleur-se-s en direction de l'autonomie et de la prise d'initiative, tout en les enserrant dans les prérogatives de l'entreprise.

Basé sur 120 entretiens en entreprises et 100 entretiens en agences locales d'emploi, cette recherche s'attache à comprendre dans quelle mesure les agent-e-s ont la possibilité de participer aux processus de régulation du marché (capability for voice) et à savoir si ces procédures contribuent à améliorer les opportunités substantielles offertes aux travailleur-se-s et demandeur-se-s d'emploi (capability for work). L'approche par les capabilités est utilisée afin de rendre compte de la liberté réelle des personnes vis-à-vis du marché de l'emploi.

Le modèle du management participatif tend à précariser la qualité des emplois et à réduire la marge de manÅ“uvre des agent-e-s locaux, tout en diminuant la capability for work, dans un mouvement qui pousse les chômeur-se-s à retourner au travail au plus vite et à n'importe quel prix.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Badan Philippe
Bonvin Jean-Michel
Moachon Eric
Thelen Lionel
Références

Badan, P., Bonvin, J.-M., Moachon, E., & Thelen, L. (2006). Protection sociale et marché du travail en transition : une approche en termes de capabilités. In A.-T. Dang, J.-L. Outin & H. Zajdela (Eds.), Travailler pour être intégré ? Mutations des relations entre emploi et protection sociale (pp. 147-162). Paris: CNRS.

Retour en haut