Aller au contenu principal

Travail social en changement : quand la cité sollicite des prestations de l'école

Les demandes d'interventions d'experts dans les institutions de la petite enfance faites aux enseignant-e-s de la Haute Ecole d'Etudes Sociales et Pédagogiques (EESP) de Lausanne constituent une pratique émergente ces dernières années obligeant l'école à repenser sa fonction et sa formation.

Ces demandes sont le résultat de mutations dans la profession à l'origine de situations inédites obligeant le métier à élargir sa définition.

Robert Frund de l'EESP propose la relation entre l'usager-ère et le/la travailleur-se social-e comme grille de lecture pour penser la relation entre l'enseignant-e et le/la travailleur-se social-e. Le rapport entre l'usager-ère et le/la travailleur-se social-e est de plus en plus inscrit dans une logique d'individuation de la personne qui rend l'usager-ère responsable de sa situation et décollectivise l'Etat social.

Le/la travailleur-se social-e est confronté-e à une nouvelle mission, investi d'une charge politique et professionnelle et la Haute Ecole doit y répondre en prenant en compte l'importance croissante du besoin de sa propre intervention sur le terrain, vers les collectifs de professionnel-le-s.

La relation entre le/la travailleur-se social-e et l'usager/ère telle que décrite dans cet article, mettant les capacités d'individuation de l'usager/ère au centre, est installée dans les programmes de formation. Cette réflexion de Robert Frund permet de rendre compte de l'importance de l'action des collectifs de travailleur-se-s et de celle d'interroger les métiers autant que les formations qui les y préparent.

Résumé : Sarah Kiani.

Auteur-e-s
Frund Robert
Références

Frund, R. (2005). Travail social en changement : quand la cité sollicite des prestations de l'école. Journal européen d'éducation sociale, 8-9, 163-174.

Retour en haut