Présentation

Finalités

Le réseau OHS vise deux finalités :

  1. La première est de contribuer à la compréhension des occupations humaines et de leurs liens avec la santé. Cette finalité comprend l’exploration des liens entre les occupations, le bien-être et la participation sociale. Elle comprend également l’exploration de ce qui se passe lorsque les occupations sont altérées et de la manière dont les occupations sont ajustées dans différents moments de transition, liés à la santé.
  2. La deuxième finalité est le soutien à des projets d’interventions innovantes portant sur l’engagement des personnes et des groupes dans des activités qui favorisent leur développement, leur santé et leur bien-être. Ces deux finalités offrent une large perspective d’actions conjointes entre chercheurs, praticiens et formateurs.

Axes d'activités prioritaires

Concrètement, les travaux des membres du réseau OHS sont réunis autour de trois axes d’activités prioritaires, soit :

Le premier axe, la démarche évaluative, vise à établir des démarches permettant de documenter les occupations humaines et d’explorer les retombées des pratiques en place dans les différents milieux. Dans cet axe, trois thèmes principaux seront investis :

  1. Le recensement, l’appréciation et le développement d’outils de mesure en lien avec les occupations humaines et la participation sociale ;
  2. L’approfondissement des pratiques évaluatives des praticien-ne-s;
  3. La poursuite du développement d’ERGOTHECA, le dépôt et répertoire d’instruments de mesure cliniques de la bibliothèque de la HETS&Sa-EESP

Responsable : Martine Bertrand-Leiser

Le deuxième axe vise à contribuer au développement de pratiques innovantes. C’est ainsi que, à partir de l’évaluation et de l’analyse des différentes facettes des occupations humaines, l’accent est mis sur le développement et l'adaptation de nouvelles interventions basées sur les occupations, dans différents contextes et en lien avec la participation sociale. Les périodes charnières de la vie des personnes sont particulièrement visées, car elles impliquent plusieurs actrices et acteurs, parfois des changements de milieu de vie et nécessitent une adaptation continue des occupations réalisées. Par ailleurs, les productions de cet axe contribueront au développement de modèles d’évaluation des interventions et des pratiques.

Responsable : Isabel Margot-Cattin

Le troisième axe vise la valorisation des savoirs, qu’ils soient issus de la pratique ou de la recherche sur les occupations humaines et la santé. Il est également orienté sur le transfert de ces connaissances entre partenaires. Il est à noter que plusieurs membres du réseau OHS sont impliqués dans la Communauté pour l’Avancement de la Recherche Appliquée Francophone en Ergothérapie (CARAFE). CARAFE publie la Revue Francophone de Recherche en Ergothérapie (RFRE), qui représente un bon exemple de transfert des connaissances avec un médium en ligne, ouvert et gratuit, accessible à la francophonie.

Le but d’OHS à l’horizon 2020 est qu’un réseau de personnes impliqués dans l’enseignement, la recherche et la clinique fonctionne et diffuse, dans les deux sens, des connaissances et des innovations à propos des occupations humaines et de la santé.

Responsable : Julie Desrosiers

Les Sciences de l’occupation

Les sciences de l’occupation (SdO) sont en développement continu depuis le début des années 1990. Ce champ est né des pratiques des professionnels de la santé impliqués dans la promotion de l’activité humaine, en particulier des ergothérapeutes. Les SdO sont généralement considérées comme interdisciplinaires et bénéficient d’apports de chercheurs issus de divers horizons, comme l’anthropologie, la psychologie, la sociologie. Issues d’une perspective clinique, les SdO ont pour particularité de s’intéresser aux occupations dans leurs liens avec la santé, généralement dans la perspective de soutenir, d’inspirer ou de questionner des pratiques professionnelles. Elles considèrent l’occupation humaine comme un tout, englobant les aspects – matériels et immatériels – de l’interaction entre des :

  1. Activités ;
  2. Individus ;
  3. Contextes.

Bien qu’elles partagent leurs objets avec de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, les SdO s’en distinguent par leur intérêt pour des concepts transactionnels qui intègrent ces trois dimensions (comme l’affordance, la familiarité) et pour la compréhension du sens et de la signification des occupations pour la santé des individus.

Les occupations humaines recouvrent toutes les activités individuelles et collectives dans lesquelles s’engagent les individus ; c’est-à-dire ce que les gens font, comment ils le font et ce qu’ils sont ou deviennent au travers de ce qu’ils font.

Les thèmes issus des SdO (comme la transition occupationnelle, la co-occupation, l’équilibre occupationnel, la déprivation occupationnelle, l’aliénation occupationnelle) offrent une large perspective d’actions, que ce soit :

  • au plan de la prévention et de la promotion de la santé ;
  • de l’évaluation des activités humaines ;
  • du développement d’approches et d’interventions innovantes portant sur la participation sociale.

Quelques références utiles

Pierce, D. (2016). La science de l’occupation pour l’ergothérapie. Traduction par M.-C. Morel-Bracq, Louvain La Neuve : De Boeck Université.

Meyer, S. (2013). De l’activité à la participation. Paris : De Boeck - Solal.

Whiteford, G. E., & Hocking, C. (2012). Occupational Science: Society, Inclusion, Participation. Chichester : John Wiley & Sons.

Wilcock, A. (2006). An Occupational Perspective of Health. Thorofare : Slack Incorporated.